L'agrile du frêne

L’agrile du frêne à Sherbrooke

L’agrile du frêne est un coléoptère d’origine asiatique qui, comme son nom l’indique, s’attaque uniquement aux frênes. On croit que l’AF est présente en Amérique du Nord depuis le début des années 1990. Elle est officiellement détectée en 2002. Ses premiers ravages furent au sud-est du Michigan aux États-Unis et au sud-est de l’Ontario au Canada. L’agrile du frêne est à Sherbrooke officiellement depuis l’automne 2017. Sa propagation est fulgurante et dévastatrice pour notre forêt urbaine.

 

Agrile du frêne à Sherbrooke
Agrile du frêne à Sherbrooke, QC

 

L’AF est au québec depuis maintenant presque 10 ans. Elle décime la forêt urbaine montréalaise et gatinoise depuis maintenant 7 ans. Depuis 2011, l’agrile du frêne progresse davantage sur le territoire québécois. En  2012 elle fut détectée à Longueuil et en 2017 à Drummondville, Québec et Sherbrooke.

 

La zone réglementée par L’Agence Canadienne d’Inspection des Aliments (ACIA) ne cesse de s’agrandir d’année en année. Cette zone réglementée sert à limiter le plus possible la propagation de l’AF sur le territoire canadien. Lorsqu’une municipalité fait partie de cette zone, les citoyens de cette zone s’exposent à des amendes ou poursuites s’il déplacent du bois ou résidus de frênes en dehors de la zone réglementée. Le gouvernement du Canada nous garde à jour quant à la situation relative à l’agrile du frêne.

 

Symptômes d’infestation par l’agrile du frêne à Sherbrooke

 

Détecter une infestation récente par l’agrile du frêne est une tâche très ardue puisque l’agrile s’attaque généralement à la cime de l’arbre en premier. Voici une liste des premiers signes visibles d’une infestation d’AF en ordre d’apparition (stade d’infestation):

  • fissures dans l’écore du tronc et des branches
  • galleries sous l’écorce formées par les larves d’AF
  • trous de petite taille en forme de  »D »
  • trous de pics bois qui se nourissent de l’agrile du frêne
  • feuilles rongées par l’agrile
  • apparission de gourmands au tronc du frêne
  • jaunissement des feuilles
  • la cime de l’arbre se défolie
  • mort de branches primaires et secondaires

Un frêne attaqué par l’AF meurt généralement entre 2 – 5 ans après le début de l’infestation. Il faut donc procéder à l’abattage d’arbre.

 

Agrile du frêne en Estrie
Gallerie créée par des larves d’agrile du frêne en Estrie

 

Lutte et traitements contre l’agrile du frêne

 

Il existe des traiements pour lutter contre l’agrile du frêne. Bien qu’il n’existe pas encore de remède miracle, plusieurs traitements sont encore à l’étude afin de prouver qu’ils sont efficace et sans dangers.

 

Traitements chimiques

 

Un des traitments pour lutter contre l’agrile du frêne est l’utilisation d’un composé chimique insérer directement dans le tronc. Cet insecticide injecté a niveau du tronc s’attaque directement à la larve. Un traitement avec insecticide est efficace pour 2 saisons. Il est conseillé de faire traiter l’arbre aux 2 ans pour assurer la protection de l’arbre. Le lutte de l’agrile du frêne à l’aide d’insectide est un traitement assez dispendieux.

 

traitement treeazin
Traitement contre l’agrile du frêne

 

Lutte biologique

Comme tout insecte, l’agrile du frêne a des prédateurs naturels. Il existe quelques types de guêpes qui ont comme proie l’AF. C’est guêpes s’attaquent à l’agrile en allant pondre leurs œufs directement dans les larves d’AF. Lorsque les larves éclosent, elle se nourrissent de la larve d’AF ce qui fini par la tuer. L’efficacité de la lutte de l’agrile du frêne par les guêpes est encore à déterminer.

 

Le pic pois est un autre prédateur de l’agrile. Cependant, il n’est pas capable d’éradiquer l’insecte et cause d’importants dommages à l’écorce et aux troncs des arbres. Le pic bois est un prédateur naturel plus qu’une solution pour régler l’infestation.